FI/7/98

Regards sur le Web - nouvelles de l'Observatoire

par Ion Cionca, SIC, e-mail: Ion.Cionca@epfl.ch

Internet nous agresse tous les jours dans toutes ses dérivations: Web, surfer, browser, e-mail, e-commerce, jeux, images, info et intox, encyclopédies ou sites pornographiques, etc. Pas moyen d'y échapper sauf de s'exiler sur une île perdue ou quelque part au fond de la forêt vierge, mais même là, l'accès Internet à travers une liaison satellite depuis son Pilot reste possible, donc autant nous y faire et essayer de rester branchés.

L'EPFL aussi doit être à la pointe des technologies Web, suivre et même essayer d'anticiper certaines tendances dans ces mouvements de pseudo standards, pressions marketing des grands constructeurs et les vraies valeurs.

En plus de devenir rapidement un dinosaure Internet, il y a d'autres risques tout aussi nuisibles, comme: réinventer la roue chacun dans son petit coin, faire du Web à la force du silex ou pire, avec des technologies tellement pointues que seuls quelques élus pourront en profiter, etc.

Le SIC a créé récemment un service qu'on pourrait appeler l'Observatoire du Web, titre un peu prétentieux qui cache une volonté de rassembler les énergies, les connaissances et les compétences Web de toute l'école afin d'éviter des situations désagréables comme décrites ci-dessus, mais aussi pour offrir un support actif pour tester les nouvelles technologies et le développement de solutions Web. Le responsable de ce service est le signataire de cet article, que vous pourrez contacter si besoin.

Etat des principales composantes

Standards

Le consortium W3 vient de publier les spécifications HTML4.0, que les principaux acteurs-ennemis du Web (Microsoft et Netscape) se sont empressés de supporter. Le risque réside dans les éventuelles améliorations propriétaires qui ont fait la risée ou la fierté de certaines pages Web (voir le tollé contre le BLINK ou les webpages that suck - http://www.webpagesthatsuck.com/. L'apparition des style-sheets et des Cascading Style Sheets (CSS) permet l'unification de la présentation des pages d'un site avec peu d'effort, mais autant MS que Netscape ont interprété les CSS un peu à leur sauce. On peut dire toutefois que le support des CSS est plus complet à travers IE qu'avec Netscape. Ensuite, chacun a rajouté à son DynamicHTML (CSS+DOM+JavaScript) des fonctions propriétaires. Autre vecteur porteur: XML (Extended Markup Language) qui est supporté de plus en plus par MS (même prévu comme base pour la prochaine version d'Office), mais il n'y a pas encore d'autres interpréteurs XML grand-public disponibles.

Les browsers

La guerre entre MS et Netscape fait rage: qui aura le plus de fonctions, lequel sera le plus gratuit, le plus rapide, etc. Ce qui nous donne actuellement un IE4 (avec IE5 en preview), très rapide sur plate-forme Win32 (versions UNIX catastrophiques pour Solaris et HP-UX) avec une bonne machine Java, très bon support des CSS et pas mal d'extensions système propriétaire. Le support pour Javascript est meilleur que pour les versions précédentes. De l'autre côté, Netscape avec son Communicator (version 4.06 sur tous les OS et 4.5 en preview) offre une meilleure couverture de systèmes d'exploitation, intégration des lecteurs de news et de mail. La pléthore des autres browsers (Lynx - pour les amoureux de l'alphanumérique, Opera - léger et pas trop mal, HotJava - l'arlésienne de Sun dans le cadre des 1000 ans de règne Java, etc.) sont là mais plutôt en figurants.

Les serveurs

Là, il y a un intrus qui sème la zizanie entre MS et Netscape: le serveur public Apache qui est très performant, avec une bonne couverture OS et une gamme de fonctions très étendue (contrôle des accès, sécurité, vitesse de réponse, etc.). A regarder en premier. Autrement, le scénario est le même: IIS (version 4 disponible) sur plate-forme Wintel (essentiel si on veut profiter des autres fonctions du système, comme ASP, Jscript ou VBScript côté serveur) et Netscape sur les autres OS's, mais moins performant et devenu un peu vieux.

Les bases de données

Domaine de pointe en plein essor pour les pages dynamiques créées à partir d'une base de données. Exploité tout de suite par la vieille garde, comme Oracle avec son webserveur , un peu mieux par Informix grâce à sa technologie des Blades (couches de services spécialisés entre la DB et le serveur Web, mais gérés par un langage à dormir dehors), aussi par MS à travers ASP (Active Server Pages). Malheureusement, le support difficile ou inexistant de la part des fournisseurs pour les environnements dits professionnels à l'EPFL a souvent poussé les développeurs vers une solution quick and dirty mais qui marche (lire ASP et Access) ou vers des technologies plus ouvertes comme JDBC ou PHP3 (http://www.php3.com ), plus élégantes, car elles offrent une indépendance de la base de données (et même du fournisseur).

La sécurité

Plein de choses à faire, comme: garantir la sécurité de base des documents publics, mettre en place un système d'authentification des clients privilégiés, coder le contenu des messages, etc. Malheureusement (encore) il y a trop de différences entre les solutions des divers fabricants pour arriver à un standard. A l'EPFL le premier obstacle pour démarrer un système d'authentification est le manque total de synchronisation entre les divers services de l'école en ce qui concerne l'identification des personnes, mais des brèches sont en train de s'ouvrir et on y voit de la lumière: le bout du tunnel ou le train qui nous arrive dessus? Heureusement, la toute nouvelle Autorité de Certification (CA) du SIC est là pour offrir les solutions techniques.

Les environnements de développement

Plein de choses à dire aussi: pas mal d'outils qui intègrent la gestion du serveur et la création des pages avec support des bases de données et divers langages (Java, Javascript, Jscript, etc). Bonne approche pour démarrer rapidement, mais le code généré est souvent alourdi par les procédures automatiques. Bonne couverture de la plate-forme Wintel et Mac (Visual Café, JBuilder, PowerJ, Dreamweaver, etc.) et plutôt rustique côté UNIX.

Java

Présenté comme LA solution du futur il y a quelques trois ans, Java est une technologie très intéressante par la portabilité, mais les implémentations restent encore très approximatives: performances catastrophiques selon la plate-forme et l'OS (p.ex. MacOS), incompatibilités entre les divers JDK (Java Developpement Kit), etc. Attention: avant de démarrer un développement, vérifiez bien la compatibilité du JDK utilisé sinon des situations désagréables sont garanties.

Deux exemples de développement avec un JDK trop pointu:

CGI (applications et scripts)

Toujours le vieux (et puissant) Perl qui reste une valeur sûre pour créer dynamiquement des pages sur le serveur. Allez jeter un coup d'il sur les multiples bibliothèques de scripts, les pages d'exemples et d'apprentissage en ligne (http://language.perl.com/index.html ). Disponible sur Wintel et UNIX. Essor également de Javascript qui donne du dynamisme côté browser, supporté d'une manière assez uniforme (aussi à quelques détails près) par IE et Netscape. Plein de scripts disponibles un peu partout ( http://developer.netscape.com/docs/manuals/javascript.html ). Toujours, un peu à part, Jscript et VBScript , pondus par MS et qui marchent seulement sur IE - à éviter sauf dans un environnement homogène.

Quelques suggestions pour être cool

Quelques liens


retour au sommaire du Flash informatique du mois de septembre 98
retour à la page principale des Flash informatique
Vos commentaires
© FI-7-98 du 15 septembre 1998