FI SPECIAL ETE 96

Avec la mer du Nord pour dernier terrain vague
(Jacques Brel)

de Charleroi Belgique
par Jean-Jacques Dumont, EPFL Service informatique central

Editorial

Brel exagère un peu: il y a d'autres mers que la Mer du Nord, et peut-être même reste-t-il quelques coins de terre sur la Terre qui ne soient pas défrichés encore. Toutefois, l'informatique, maintenant mise en réseau universel grâce à Internet, est en train de bouleverser la face de notre brave vieille planète plus rapidement qu'il ne faut pour l'imaginer. Le but de ce Flash informatique spécial été1996 est de donner au lecteur une fugitive impression de cette explosion à travers des textes à sujet libre que nous ont fournis quelques témoins rapprochés du phénomène.

Première constatation:
bien qu'aucun thème particulier n'ait été proposé à ces auteurs tout aussi impromptus que bénévoles, il en ressort que sur tous les continents, l'introduction des nouveaux moyens de communication a fait naître des espoirs qui peu à peu cessent de paraître fous. Partout, cette évolution provoque une prise de conscience et une mobilisation autour de cette possibilité de rétablir une certaine égalité d'accès à l'information, à la formation, à l'éducation et à la culture.
Bien sûr, il y a loin du rêve à la réalité. Mais déjà le rêve en soi est une formidable thérapie par rapport au catastrophisme ambiant. Y croire, c'est déjà un début de réussite.

Seconde constatation:
le modèle du web, imaginé au CERN pour établir des canaux de diffusion d'information dynamiques et conviviaux entre tous les membres d'une certaine communauté (celle des physiciens spécialisés en hautes énergies) a largement démontré son efficacité bien au-delà de ce cercle restreint. On peut dire que cette tour de Babel où se côtoient depuis trente ans des individus de toutes origines, cultures, langues, idéologies mais qui partagent les mêmes intérêts scientifiques aura démontré au reste de l'humanité qu'une coexistence pacifique, désintéressée et constructive était bel et bien possible.

A la lecture de ce modeste fascicule, nous verrons comment en Hongrie et en République Tchèque, le CERN a pu directement apporter des éléments de réflexions permettant d'envisager une intégration plus rapide dans cette mouvance des Pays d'Europe de l'Est, qui figurent aujourd'hui parmi les plus défavorisés. Cette indigence actuelle, et que l'on espère momentanée, sera confirmée par d'autres témoignages venus de Roumanie, de Moldavie, ainsi que de la prestigieuse ville de St-Petersbourg.

Nous verrons également comment l'Amérique Latine, en particulier la Colombie et le Venezuela, ont su saisir cette chance pour relancer leur développement de façon spectaculaire. Mais pas aussi spectaculaire toutefois que dans les pays de l'Est Asiatique, où la Malaisie, l'Indonésie et la Thaïlande notamment sont en train de rattraper le peloton de tête composé du Japon évidemment, mais aussi de la Chine, de la Corée et de Singapour.

Nous visiterons surtout l'Afrique, menacée d'exclusion définitive, mais d'autant plus motivée pour s'accrocher au fourgon du rapide en partance: de Dakar à Madagascar en passant par Ouagadougou, nous verrons que même avec très peu de moyens il est possible de rester dans le coup.

Et l'Europe dans tout cela? Notre économie menacée de toutes parts devrait également profiter de ce bol d'air frais, comme en attestent les billets reçus de Finlande et des Pays-Bas. Et puis, il reste notre privilège: celui de la philosophie et la dialectique, comme celles pratiquées au Portugal. N'empêche qu'ignorer aujourd'hui l'ampleur du phénomène reviendrait à nous plonger définitivement dans un processus de décadence irréversible. A bon entendeur?

TERRA INFORMATICA


retour au sommaire des FI 96
Vos commentaires
© FI-SP96-3 septembre 1996