FI SPECIAL ETE 96

Une seule main ne ramasse pas la farine
(maxime africaine)

de Ouagadougou - Burkina Faso
par Yves Pilloud, EPFL - Service informatique central

L'entretien à distance

Table des matières


Le CREPA (Centre Régional pour l'Eau Potable et l'Assainissement à faible coût) se trouve à Ouagadougou au Burkina Faso et possède des antennes dans une quinzaine de pays voisins. Son but est d'améliorer l'hygiène des populations, tant dans les villages que dans les banlieues en créant des réservoirs d'eau potable, des latrines et en compostant les déchets.

l'état des lieux

Le CREPA possède un parc informatique d'une vingtaine de Macintosh allant du Mac SE au Power Mac 7200, de deux imprimantes laser et d'un scanner. Comme la représentation locale Apple était peu satisfaisante, les Macs étaient retournés en Suisse pour les réparer. Ce retour coûte extêmement cher (environ 5% du prix d'achat par trajet pour une imprimante Laser récente) et de plus immobilise l'équipement pendant presque 3 mois. Afin d'améliorer cet état de choses, on m'a demandé de former, sur place, une personne afin qu'elle soit à même de réparer le matériel et de remplacer les éléments défectueux. De cette manière, il suffit, dans la majorité des cas, de leur faire parvenir la pièce détachée nécessaire qui voyage généralement dans une valise. Cela réduit au maximum les délais dûs au transport et surtout à la douane. C'est ainsi que début 1995, je me suis rendu à Ouagadougou.

L'environnement est passablement agressif pour le matériel informatique, vu la température élevée qui y règne et surtout le taux de poussière permanente qui pénètre dans les moindres recoins des appareils. Chaque Mac est équipé d'un onduleur afin de pallier aux coupures de courant se produisant plusieurs minutes chaque jour ou presque.

retour à la table des matières

100% d'utilisation

Ce qui m'a frappé c'est le taux d'utilisation des ordinateurs; dès qu'une personne a terminé de rédiger son document, une autre vient travailler à son tour. Il est rare de voir un Mac inoccupé. Le personnel est très autodidacte et, bien que n'ayant pas eu la chance de pouvoir suivre une formation, ni de pouvoir questionner un collègue, comme cela se fait ici, arrive très bien à tirer profit du matériel à disposition.

A titre anecdotique

Je me souviens d'avoir expédié avant mon départ deux ou trois cartons de matériel divers qui ont mis environ une semaine pour arriver à la douane de destination. Ayant urgemment besoin de deux câbles et d'une pile lithium, nous sommes allés demander s'il était possible de récupérer rapidement ces colis. Après quinze minutes d'argumentation, la réponse du chef douanier fut négative; néanmoins il accepta de nous laisser prélever les trois articles indispensables. Sur un post-it il inscrivit les noms des objets, signa et y apposa un gros timbre. Après avoir déballé et retrouvé les bons objets, un fonctionnaire nous fit remarquer qu'il fallait refermer les emballages, mais s'est abstenu (volontairement ?) de nous prêter le rouleau de scotch se trouvant sur son bureau. Le reste des colis nous parvint seulement 10 jours après.

E-mail en courrier "B"

Les échanges d'informations se font par fax, e-mail et téléphone. Le CREPA possède une adresse e-mail, mais le prestataire n'assure que quelques liaisons quotidiennes avec son centre en Europe, ce qui interdit un accès interactif à Internet. L'idéal serait de pouvoir relier chaque antenne et le personnel en mission avec une connexion Internet de manière à pouvoir transmettre des documents.

retour à la table des matières

L'argent... toujours l'argent

Dans ces pays, les salaires étant modestes, cela entraîne une grande disproportion des coûts d'exploitation. Je m'explique. Un salaire annuel représente quelques centaines de Francs Français et l'électricité coûte environ le même prix qu'en Europe; idem pour le téléphone, l'essence, les consommables informatiques, etc. Il faut donc tenir compte de ces paramètres avant de mettre à disposition des équipements car les frais encourus peuvent rapidement devenir un cadeau empoisonné. Il est aussi difficile de faire comprendre dans un pays où tout se recycle qu'une souris valant 50.- se jette plutôt que se répare.

retour à la table des matières

Les solutions

Si je devais planifier l'équipement informatique d'un site où l'on ne peut pas compter sur un support efficient, je choisirais des machines identiques et de conception simple de manière à pouvoir en échanger aisément les modules, ce qui permet de localiser facilement une panne; cela évite aussi d'avoir plusieurs versions de systèmes d'exploitation, logiciels, etc. L'inconvénient majeur provient de l'obsolescence simultanée de tout le parc installé. Son renouvellement nécessite alors de gros investissements à intervalles réguliers. Il y a donc, là, un compromis à trouver.

les résulat de l'expérience

Une année après, j'ai conservé de très bons contacts avec ces personnes et je continue de les aider à maintenir leurs équipements en état de marche. Cela restera pour moi une expérience très enrichissante.

TERRA INFORMATICA


retour à la table des matières
retour au sommaire des FI 96
Vos commentaires
© FI-SP96-3 septembre 1996