Mise en oeuvre d'une plate-forme ATM de bout en bout pour le téléenseignement dans le contexte du projet BETEUS

par Bruno DUFRESNE, Laboratoire de Télécommunications, DE-EPFL

Table des matières


Le projet RACE BETEUS a pour objectif de mettre en oeuvre un environnement de télé-enseignement qui étend les fonctionalités du projet pionnier dans le domaine, BETEL auquel le laboratoire avait contribué. Les partenaires du projet Beteus sont EPFL, ETHZ, ASCOM, CERN, EURECOM (France), TUB (Allemagne), KTH (Suède), IFATEC et EUREXPERT (France). A l'EPFL même, les laboratoires TCOM et LEMA ainsi que le SIC sont impliqués. L'environnement de BETEUS consiste en une plateforme applicative qui intègre un ensemble d'applicatifs dédiés au téléenseignement, et une plateforme de communication pour supporter l'interconnexion entre les différents sites y prenant part. Cette dernière offre un service de transport basé de bout en bout sur la technologie ATM. Les applications proposées sont la classe de travail distribuée, le téléséminaire et le stockage et le retrait de documents éducatifs multimédia. Les communications sont de nature multipoint.

La contribution du laboratoire a consisté en la mise en place de la plateforme de communication tout ATM, qui relie différents sites universitaires européens, s'appuyant au niveau du réseau public sur le réseau pilote pan-européen ATM et au niveau des différents sites, sur des réseaux locaux ATM. Dans cet article, nous décrivons l'infrastructure ATM de l'école utilisée dans le cadre du projet BETEUS.

ATM à l'EPFL

Le SIC est connecté au réseau pilote ATM suisse par l'intermédiaire d'un commutateur local ATM FORE ASX 200. Le rôle de ce commutateur est: • d'accéder au service VP (virtual path) offert par le pilote ATM avec un débit maximum de 34 Mb/s. L'interface d'accès est de type E3.

• de permettre à 2 commutateurs ATM, situés au labotatoire TCOM et DI-LRC, et à un routeur CISCO 7000 avec interface ATM d'accéder au réseau pilote ATM des PTT. Ce nouveau service est encore à l'état expérimental.

Infrastructure ATM au laboratoire de télécommunications

Dans le cadre du projet BETEUS, le laboratoire de télécommunications s'est équipé d'un commutateur FORE ATM ASX 200 pouvant connecter jusqu'à huit stations de travail à l'aide d'interfaces de type OC3 (155 Mb/s). De plus un analyseur de réseau HP 75000 est venu renforcer l'outillage.

Expériences

Notre première expérience date du 25 janvier dernier où il s'agissait de retransmettre une présentation du professeur invité Tuncay Saydam, sur une infrastructure de bout en bout ATM entre notre laboratoire et le laboratoire Technische Informatik und Kommunikationsnetze (TIK) de l'EPFZ. Au niveau de chacun des sites, une station de travail Sun Sparc 20 permettait la transmission/réception des acquisitions audio et vidéo. Cette station était équipée d'une carte Sbus SunVideo pur l'aspect video. L'acquisition audio était réalisée par l'entrée micro standard disponible sur cette station.

La bande passante réservée de bout en bout,3 Mb/s, n'a pas été complétement utilisée. La transmission a été jugée acceptable pour l'ensemble des participants.

Dans le cadre du projet BETEUS, les applicatifs sont en cours de tests. Il nous est déjà possible de recevoir 5 flux vidéo en parallèle sur la même station de stravail (Sun Sparc 10 avec carte d'acquisition vidéo Parallax). De plus l'espace de travail partagé permet aux différents sites en vidéoconférence de partager un document de travail sur lequel par exemple viennent s'inscrire les notes de la séance. De notre expérience, on peut constater que les limitations en terme de configuration pour le téléenseignement entre plusieurs sites (communications multipoint) se sont déplacés du réseau qui offre maintenant bande passante et qualité de service requises, vers la station de travail (carte d'acquisitation vidéo, architecture matérielle de la station).

Conclusion

Durant tous nos différents tests, nous avons pu bénéficier d'une étroite colaboration avec les responsables réseau du SIC et des PTT suisse, sans lesquels, il n'aurait pas été possible de réaliser le travail présenté. Nos premiers résultats sont prometteurs malgré la jeunesse de cette technologie.

retour à la table des matières



article paru dans le Flash informatique, numéro spécial-été du 5 septembre 1995