Droit de réponse à l'article du FI5/94: De l'ordinateur à la plaque offset

accordé à Bernard Cavat, Atelier de Reprographie EPFL

Suite à l'article de Messieurs Virchaux et Cordey paru dans le FI 5/94, j'aimerais apporter quelques précisions, c'est-à-dire le point de vue de l'utilisateur de cette nouvelle plaque offset.

Notre matériel

Tout d'abord il faut savoir qu'à l'atelier de Reprographie de l'EPFL, nous travaillons avec deux types de procédés offset.

La plaque électrostatique

La nouvelle plaque électrostatique dont parle l'article du FI5/94, sortie directement de l'ordinateur ne m'a pas totalement convaincu. Si elle permet d'obtenir des images tramées excellentes, j'ai pu remarquer qu'elle est très délicate. N'étant pas très solide, elle s'étire rapidement et le repérage devient insuffisant pour un travail précis.

Contrairement à ce qui est écrit dans ledit article, cette plaque doit encore passer dans un bain chimique avant d'être mise sous presse. Durant nos essais, il ne nous a pas été possible de retoucher les puces ou imperfections et après chaque arrêt de nouvelles taches apparaissaient. En bref, il ne nous fut pas possible d'assurer un tirage d'une qualité suffisante.

Cette nouvelle méthode est pourtant fort intéressante; mais il faudrait trouver un support autre que cette plaque électrostatique, comme le polyester que nous connaissons par exemple. Mais ce matériau n'est peut être pas compatible avec ce système.

A la Reprographie, nous ne précipiterons rien pour l'instant. Wait and see.


article paru dans le Flash informatique no 6 du 21 juin 1994