FI-9/00

LabVIEW 6i

Christophe.Salzmann@epfl.ch, DGM, Institut d'Automatique

Comme tous les deux ans après NIWeek, la conférence annuelle de National Instruments, une nouvelle version majeure de LabVIEW voit le jour. L'EPFL vient de recevoir les versions Mac et PC de LabVIEW, il vous suffit de passer par Distrilog pour y accéder. Cette nouvelle version de LabVIEW propose beaucoup d'améliorations, certaines bien visibles telles que le nouvel aspect 3D de l'interface utilisateur, d'autres cachées comme l'augmentation des performances de 10 à 2000 %. Avant de rentrer dans le vif du sujet, précisions que le «i» qui suit LabVIEW 6 signifie «internet ready». Par la suite nous aborderons les améliorations apportées dans ce domaine.

Nouveau look 3D

La première amélioration visible est la nouvelle interface graphique de LabVIEW. Les éléments du front panel revêtent un nouvel aspect 3D et sont définis à l'aide d'OpenGL. Pour les nostagiques, les anciens controls restent disponibles.

Mis à part l'aspect, signalons plusieurs nouveaux controls, mon favori étant le Tab Control qui permet de créer une fenêtre avec plusieurs Tabs (onglets) à la manière des dialogues de préférences. LabVIEW se charge de faire apparaître et disparaître les éléments contenu dans les Tabs. Citons également un nouveau Digital Waveform Graph permettant d'afficher directement des données au format binaire et une Multicolumn Listbox servant à visualiser les données d'une liste sur plusieurs colonnes.

fig.1 Nouvelle interface 3D

Comme vous pouvez le voir sur la figure 1, les graphs sont maintenant multi-axes. Vous pouvez également associer des Tips (info-bulles jaunes) à chaque élément de votre interface utilisateur.

Les menus et les palettes ont également été mis à jour. Il est maintenant possible de trouver un VI (Virtual Instrument) dont on connaît approximativement le nom ou la fonction en faisant directement une recherche dans la palette (cliquer sur la loupe). A titre d'exemple, la recherche d'un VI pour approximer vos données par une courbe (fit) se fait en tapant les premières lettres du mot cherché. Une liste des entrées possibles est affichée (fig.2).

fig 2. Recherche par mot clé directement depuis la palette de fonctions

A la possibilité d'agrandir les éléments en fonction de la taille de la fenêtre, s'ajoutent des options permettant de grouper et de verrouiller les éléments du front panel.

Nouvelles fonctions

Les fonctions du diagram ne sont pas en reste par rapport au front panel. Par exemple, la condition d'arrêt de la boucle while peut être soit stop si vrai, soit stop si faux (fig. 3).

fig 3. Ancienne et nouvelle manières de stopper une boucle while

Le formula node a été complètement revu, supportant désormais les boucles while et for, les conditions if-then-else et switch. Les tableaux ainsi que les variables locales sont également supportés. La syntaxe employée dans le formula node se rapproche de plus en plus de la syntaxe du C.

Possédant les fonctionnalités de l'ancien formula node, l'expression node est cependant limité à une variable d'entrée et à une variable de sortie.

fig. 4. Nouveau formula node et expression node

Par ailleurs, certaines opérations ont été simplifiées. Il s'agit notamment des case structures qui s'adaptent automatiquement au cluster d'erreur: plus besoin de dégrouper l'information contenue dans le cluster (fig.5). Un autre exemple est la connexion automatique des éléments du diagram dès que l'on approche deux éléments ayant des entrées-sorties de même nature (auto-wiring).

fig. 5. Error cluster est directement connectable aux case structures

Une autre amélioration pour épurer le diagram est la possibilité d'appeler les property nodes, anciennement attribute nodes, depuis un sous-VI. Cet appel se fait à l'aide d'une reference sur le control (fig.6).

fig. 6. Modification des attribus d'un boolean dans un sous-VI à l'aide d'un reference control et d'un property node

LabVIEW définit un nouveau type de donnéesappelées waveform (fig.5). Elles permettent de transférer les données lues et les informations s'y rattachant tout au long de la chaîne de traitement - de la mesure à l'affichage en passant par la mise en forme de l'information. L'accès aux canaux de mesures est également simplifié à l'aide d'un popup menu pré-configuré avec les entrées définies dans l'utilitaire de configuration (DAQ channel Wizard). Ces canaux de mesures sont à définir une seule fois et seront accessible depuis toutes les applications/VIs.

Vous avez certainement remarqué que la plupart des VIs de base (jaune), comme par exemple l'addition, s'adaptent automatiquement au type de données. Cette propriété, appelée polymorphisme, est désormais disponible pour les VIs que vous créez. Pour créer un VI polymorphique, il faut commencer par créer un VI par type de données (fig.7.). Ces VIs sont ensuite intégrés dans le VI polymorphique. LabVIEW se chargera d'appeler le VI correspondant au type de données. De nombreux VIs fournis par LabVIEW ont été actualisés pour intégrer cette possibilité de polymorphisme.

fig. 7. VI Polymorphique

LabVIEW et Internet

Les possibilités de connecter LabVIEW au monde extérieur n'ont cessé de s'améliorer. La version précédente (5) intégrait un serveur Web qui permettait de publier les front panels à l'aide d'un simple clic, ces fonctionnalités pouvant être étendues à l'aide de l'Internet toolkit. LabVIEW 6 propose un player qui permet de télécharger des VIs signés. Le player fonctionne de la même manière que le Real Player pour les sons et les videos. Il faut le télécharger et l'installer une première fois; il est ensuite possible d'exécuter tous les VIs que vous téléchargerez. Le player diffère de LabVIEW run-time (gratuit et fourni avec LV6) par le fait que les VIs exécutés sont signés. La sécurité s'en trouve ainsi accrue. De plus toutes les fonctions ne sont pas accessibles depuis le player. Par exemple, des protections empêchent que les VIs téléchargés ne viennent malicieusement effacer le contenu de votre disque dur.

D'autres protocoles de communication sont également disponibles dans LabVIEW. Le protocole Data socket permet notamment de transmettre de manière très simple des données. Alors que le serveur Web transmet une image du front panel, le protocol Data socket transmet des données structurées. Auparavant, cette technologie était disponible uniquement sur PC, car elle reposait sur ActiveX. National Instruments a réécrit le code nécessaire pour s'affranchir de cette limitation. Les clients Data socket sont maintenant disponibles sur toutes les plates-formes. Les connexions se font de manière très simple, sans programmation. Chaque élément du front panel peut publier ses données et/ou souscrire à des données (fig.8).

La connexion par Datasocket s'établit en sélectionnant Datasocket connection. Un dialogue permet de spécifier la machine à laquelle on se connecte, le type de connexion souhaitée ainsi que le protocole à employer. Un petit rectangle vert situé en haut à droite de l'élément publié indique que la connexion est établie. En cas de problème un rectangle rouge apparaît. Il est également possible de programmer ces connexions à l'aide de VIs.

fig. 8. Transmission de données via Data socket

Divers

Il existe plusieurs moyens de distribuer vos VIs. Le premier consiste à employer vos VIs tels quels avec la version run-time ou player de LabVIEW. Une autre solution est de créer une application à partir de vos VIs. Un wizard vous guide dans les différentes étapes à suivre. LabVIEW se charge ensuite de créer le ou les fichiers nécessaires, générant même l'installer sous Windows.

Vous remarquerez en outre une nouvelle option qui permet de créer une DLL (Dynamic Loadable Library) en lieu et place d'une application. Ceci permet d'employer du code LabVIEW dans une autre application.

Les personnes qui désirent créer des DLL pour le Mac doivent impérativement installer l'environnement MPW Toolserver d'Apple. Une version gratuite est disponible à l'adresse suivante:

ftp://ftp.apple.com/developer/Tool_Chest/Core_Mac_OS_Tools/MPW_etc./MPW-GM_Images /MPW-GM.img.bin

Encore plus d'infos en ligne

Le site Web de National Instruments est de qualité. Il comporte deux parties

Il existe encore plusieurs sources d'aide et d'information. Par exemple:

La revue LabVIEW Technical Resource http://www.ltrpub.com/ est également une excellente source d'information.

Pour les personnes qui n'ont pas eu la chance d'assister à NIWeek, les vidéos des keynotes ainsi que d'autres informations sont disponibles à l'adresse suivante: http://www.ni.com/niweek/


retour au sommaire du Flash informatique du mois de novembre 2000
retour à la page principale des Flash informatique
Vos commentaires
© FI-9-00 du 21 novembre 2000