FI/5/00

Conférence WWW9
quelques échos d'Amsterdam

Jacqueline.Dousson@epfl-ch

Les conférences WWW organisées par le consortium W3C réunissent régulièrement depuis 6 ans (la première avait eu lieu en 94 au CERN, lieu de naissance du protocole http) les internautes intéressés par les nouveaux développements du Web. A la neuvième édition, plus de 1200 personnes se sont partagées entre les nombreuses sessions.

Vers un Web mobile ...

Le poids de l'Europe s'est fait sentir tout au long de la conférence; la téléphonie mobile est un domaine où l'Europe est très en avance sur les US, et elle veut profiter de cette situation exceptionnelle pour marquer des points dans le Web de demain; les enjeux économiques et de société sont énormes.

Les keynotes speakers invités étaient presque tous liés à ce domaine: Ericsson, Philips, PSION.

Tous nous promettent un monde sans fil, avec INTERNET présent partout: un navigateur dans vos lunettes, un serveur dans votre montre et un firewall dans votre chaussure.

L'information sera accessible quand on veut, où on veut. Plus besoin alors de la stocker, adieu les CD, les cassettes. Notre maison sera Bluetooth, ce protocole qui permet la connexion radio entre différents périphériques (savez-vous que Harald Bluetooth était le roi danois qui unifia le Danemark et la Norvège au 10ème siècle?). Quelques chiffres: entre 1992 et 2000, 400 millions de téléphones mobiles vendus (contre 1 milliard de postes fixes); entre 2000 et 2004 on devrait vendre autant de téléphones Internet.

L'avènement du téléphone avec accès Internet suppose des réseaux avec une bande passante beaucoup plus importante qu'aujourd'hui; mais, si actuellement le système GSM permet un trafic de 56Kbits/s, demain le GPRS ira jusqu'à 384Kbits/s et après-demain (2002?) UMTS à 2Mbits/s.

On a beaucoup parlé de WAP (Wireless Access Protocol), protocole qui s'est développé en dehors du consortium mais qui est maintenant reconnu par celui-ci. Un navigateur WAP (un téléphone mobile par exemple) peut accéder aux informations en provenance d'un serveur Web classique en passant par un WAP gateway qui va transformer les données HTML en données compréhensibles par le mobile. Quand on voit la complexité des pages web actuelles et la taille des écrans des téléphones, ceci reste théorique; en réalité, il faudra écrire des pages spécifiques pour ce type de matériel avec une interface particulière; vous verrez, on va voir refleurir les styles de pages web d'antan! le wap, c'est la mode rétro.

Signe des temps: le moteur de recherche GOOGLE présente depuis peu une interface WAP et Palm!

Big Brother

La protection des données individuelles est toujours une préoccupation grandissante. L'exemple récent de Double Click montre que les dangers sont réels.

L'affaire DoubleClick a récemment beaucoup agité les milieux concernés aux US. DoubleClick est une des plus grosses régies publicitaires sur le Web, c'est elle qui place les bandeaux publicitaires sur les sites les plus visités (AltaVista, Disney, ...). Grâce à un procédé maison et par l'intermédiaire de quelques cookies, DoubleClick suit l'internaute et surtout analyse sa requête, en déduit ses intérêts et revend ce savoir aux personnes intéressées. Exemple: la société 3M veut lancer un nouveau projecteur haut de gamme. DoubleClick enverra aux internautes ayant cherché une information de ce type dans AltaVista, Amazon ... une publicité pour ce matériel. C'est ce qu'on appelle du profilage.

Ceci se fait sans avertir l'internaute qui croit, sans doute naïvement, qu'aucune trace de sa visite n'est conservée. En juin 99, DoubleClick rachète Abacus Direct qui comme par hasard a une base de données importante de noms associés à des numéros de téléphone. La prochaine étape est claire, on pourra bientôt connaître l'identité de la personne qui est derrière l'écran. Quatre actions en justice ont été intentées aux US contre cette entreprise.

Cette affaire est significative de ce que nous prépare la netéconomie: mieux connaître ses visiteurs, mieux coller à leurs besoins est un objectif avoué de la plupart des sites en ligne.

Seules des réglementations pourraient nous protéger, mais elles ne devraient pas se limiter aux frontières d'un pays, et qui s'occupera de les faire respecter?

La fin du PC ?

Après le WAP, étape de transition plutôt rustique, que nous réserve l'avenir, et avec quels périphériques? Le téléphone deviendra-t-il agenda, l'assistant (PSION, PALM ...) servira-t-il de téléphone, et le PC portable dans tout cela, où se situera-t-il, aura-il encore un sens avec la miniaturisation des processeurs?

Charles Davies de PSION a présenté le projet SYMBIAN, qui regroupe Nokia, Ericsson, Motorola, Panasonic et PSION, caractéristique de la convergence nécessaire entre les mondes des téléphones mobiles et des assistants numériques.

Davies prévoit l'avènement d'un WID (Wireless Information Device) qui permettra la communication vocale, la gestion des e-mails et fax, tout ce qui touche l'organisation personnelle (agenda, carnets, notes, ...), l'accès à l'information sur le Web, le commerce électronique et bien sûr le divertissement, sur le modèle du I-MODE japonais qui rassemble déjà 5 millions d'abonnés.

Et le consortium

Bien sûr, W3C ne reste pas inactif dans cette tourmente et les normes évoluent, même si comme toujours, on se demande si les entreprises du monde réel (SONY, Philips, Nokia, ...) sauront attendre la maturité de ces normes, pressées par le marché qu'elles veulent dominer, et ne préféreront pas s'entendre sur des pseudo-normes de facto, avec une approche beaucoup plus pragmatique que cartésienne.

On a beaucoup parlé de XML, incontournable quand il s'agit d'indexation du contenu.

Avec la nouvelle norme SVG (Scalable Vector Graphic: www.w3.org/Graphics/SVG ) on voit poindre une révolution dans le domaine des images sur le Web. SVG est radicalement vecteur en opposition aux GIF et JPEG qui sont pur raster. Cela permettra à l'image de s'adapter aux différents périphériques (encore les écrans des mobiles), on pourra les zoomer, on pourra y ajouter du texte (du vrai texte donc indexable et lisible) qui pourra même être multilingue, on pourra lui appliquer des transformations.

ADOBE suit de près cette norme: la société fournit le seul lecteur de SVG pour l'instant, sous forme de plug-in et Illustrator 9 sait fabriquer du SVG.


retour au sommaire du Flash informatique du mois de juin 2000
retour à la page principale des Flash informatique
Vos commentaires
© FI-5-00 du 13 juin 2000