FI/4/00

Des normes pour les technologies de la formation

Elaine.McMurray@epfl.ch, Adjointe scientifique et coordinatrice des projets NTIC

Les technologies éducatives dans la moulinette des normalisateurs

Qu'on soit un inconditionnel des efforts de normalisation ou un sceptique dubitatif devant tant de standards morts dans l'oeuf, il est toujours bon de savoir ce qui se trame dans les domaines qui nous intéressent. De nombreuses initiatives de normalisation sont nées depuis quelques années dans l'effervescence du développement des technologies de l'information et de la communication. Les technologies éducatives ne sont pas en reste et dans ce domaine, plusieurs actions internationales sont menées de front avec la participation active de quelques collaborateurs de l'EPFL.

Mais avant d'en lire davantage, la première question qui vous vient à l'esprit est: «pourquoi normaliser dans ce domaine?» En tant que consommateurs, on comprend bien l'intérêt des normes, lorsque nous souhaitons installer une ampoule General Electric dans une douille Philips ou vice versa. Cette même idée intervient pour les technologies de la formation. Ces initiatives ne visent pas à normaliser les méthodes d'enseignement en tant que telles, ni les technologies multimédias utilisées. Il s'agit d'établir quelques règles qui faciliteront le partage et la ré-utilisation des modules pédagogiques. L'effort de normalisation est un sacrifice nécessaire à faire sur l'autel de la sacro-sainte inter-opérabilité. C'est pourquoi les grands prêtres du monde académique et de l'industrie s'y investissent très sérieusement.

Pourquoi normaliser?
Traduction libre des objectifs du IEEE Learning Technology Standards Committee (LTSC)
  • Permettre aux apprenants et aux instructeurs d'accéder, d'évaluer, de se procurer et d'utiliser des objets pédagogiques.
  • Permettre le partage et l'échange d'objets pédagogiques entre différents environnements pédagogiques.
  • Permettre le développement d'objets pédagogiques en unités élémentaires qui puissent être décomposées et recomposées de plusieurs façons.
  • Permettre à des agents intelligents de composer automatiquement et dynamiquement des leçons personnalisées.
  • Permettre à plusieurs objets pédagogiques de travailler ensemble dans un environnement pédagogique ouvert et distribué.
  • Permettre, lorsque cela est souhaitable, une reconnaissance de la formation acquise par l'intermédiaire d'un objet pédagogique.
  • Développer un marché pour les objets pédagogiques, dans un contexte de distribution à but lucratif ou non-lucratif.
  • Permettre au monde de l'éducation de manipuler le contenu éducatif et les résultats des étudiants de façon standardisée et indépendante du contenu lui-même.
  • Offrir aux chercheurs des standards qui permettent la collecte et le partage de données concernant la pertinence et l'efficacité des objets pédagogiques.
  • Définir un standard simple, mais extensible, qui puisse être utile dans différents contextes de formation.
  • Intégrer les notions de sécurité et d'authentification nécessaires à la distribution et à l'utilisation des objets pédagogiques.

Métadonnées

«Avec les masses d'information qui circulent sur Internet, il est devenu de plus en plus important de travailler sur ce qu'on appelle les métadonnées, ces données qui décrivent d'autres données. Le désir d'exploiter efficacement le World Wide Web a donné naissance à un besoin urgent pour les gens et les applications de collaborer et ceci nécessite des méthodes et des terminologies standard pour décrire le contenu informatif d'une manière cohérente et structurée. En fait, les métadonnées sont nécessaires dès qu'on doit gérer de vastes quantités de données.»*

La définition la plus simple du terme métadonnées est la description structurée d'une information. Cette définition très générale englobe toute une gamme de possibilités allant d'une description textuelle préparée par l'auteur d'un document à une définition détaillée générée automatiquement par l'outil de développement (ce qui peut être utile pour les applications logicielles par exemple).

Le terme métadonnées est très utilisé depuis une quinzaine d'années et il est devenu particulièrement courant dans le monde du World Wide Web. Mais les concepts sous-jacents datent des premières expériences de classement de l'information. Les catalogues de nos bibliothèques représentent bien un type de métadonnées, qui sert depuis des décennies à la gestion des collections et à la recherche d'ouvrages.

Beaucoup de travail a été accompli dans la direction de la normalisation des métadonnées. Un des premiers résultats tangibles est le fameux Dublin Core Metadata Agreement, qui n'a rien d'irlandais puisqu'il tire son nom d'une conférence sur le sujet qui a eu lieu à Dublin, Ohio en 1995. De cette initiative a germé un ensemble de 15 éléments qui forment aujourd'hui le Dublin Core Metadata Element Set. Cette base a été largement adoptée dans la communauté informatique. En particulier, elle constitue le coeur de la norme adoptée récemment par la communauté européenne. L'importance d'une structure générale pour les métadonnées est reconnue de tous. Cependant, cette définition ne répond pas aux besoins spécifiques des différents domaines d'application, celui des technologies de la formation par exemple.

Technologies de la formation

Au sein de l'IEEE, le Learning Technology Standards Committee se penche sur la question en parallèle avec les activités du Learning Technologies Workshop de la communauté européenne. (Notez que l'Europe témoigne une fois de plus de sa diversité en utilisant le pluriel pour le mot technology). L'ISO (l'Organisation Internationale de Normalisation) quant à elle travaille sous le nom de code quelque peu cryptique de JTC1-SC36. En bonne collaboration, le groupe européen a pris en charge au sein du comité de l'IEEE les questions dites de «localisation», afin d'assurer que les besoins européens sur la diversité culturelle et le multi-linguisme soient pris en considération.

Ces organismes de normalisation travaillent sur la base de travaux reconnus par la communauté scientifique. Le ARIADNE Metadata Set du projet européen ARIADNE, dirigé par M. Eddy Forte de l'EPFL, a servi de base aux travaux du comité de l'IEEE. Un autre acteur important est le consortium IMS, issu de la National Learning Infrastructure Initiative de l'organisation américaine EDUCAUSE.

Des objets pédagogiques

L'objectif de ces comités de normalisation est de spécifier la syntaxe et la sémantique des métadonnées décrivant un objet pédagogique (learning object). La terminologie a toute son importance quand on parle de normalisation et le vocabulaire est choisi avec soin. Dans le contexte de l'IEEE, un «objet pédagogique» est une entité, sur support informatique ou non, qui peut être utilisée, ré-utilisée ou référencée dans une activité de formation assistée ordinateur (technology supported learning). On entend ici par «activité de formation assistée ordinateur», les systèmes d'enseignement assisté par ordinateur, les environnements interactifs d'apprentissage, les systèmes tutoriaux intelligents et les environnements d'apprentissage collaboratifs. En résumé, peu importe la chapelle à laquelle on appartient, tout le monde est invité à participer à la grand-messe de la normalisation.

Un effort essentiel

Bien que parfois laborieux, ce travail de normalisation constitue un effort fondamental pour ceux qui travaillent dans le domaine des technologies éducatives. Il offre l'espoir que les développements sur lesquels nous travaillons aujourd'hui pourront survivre aux aléas de l'évolution des outils de développement et des environnements pédagogiques. Il ouvre en outre la voie à une véritable philosophie d'échange et de ré-utilisation de matériel pédagogique interactif.

Pour en savoir plus

IEEE Learning Technology Standards Committee (LTSC) http://grouper.ieee.org/p1484/
IEEE Standards Association http://standards.ieee.org/
European Committee for Standardization - Information Society Standardization System http://www.cenorm.be/isss/
ISO JTC1 Sub-committe on learning technologies http://jtc1sc36.org/
Dublin Core Metadata Initiative http://purl.oclc.org/dc/
Le projet ARIADNE http://ariadne.unil.ch/
IMS Global Learning Consortium http://www.imsproject.org/

notes
Traduction libre de l'introduction du CEN Workshop Agreement - Metadata for multimedia information.

IEEE: Institute of Electrical and Electronics Engineers. En tant que ANSI Accreditated Standards Developer, l'IEEE soumet les standards adoptés au sein de son organisation à l'ANSI (American National Standards Institute).


retour au sommaire du Flash informatique du mois de mai 2000
retour à la page principale des Flash informatique
Vos commentaires
© FI-4-00 du 9 mai 2000